Marin-ok le site de la navigation de plaisance

Régulation des eaux du Léman

Pour vous éviter des surprises désagréables,
surveillez votre bateau durant la période de basses eaux


  • Le lac Léman a une superficie de 582.4 km2
  • Sa contenance est de 88,900 millions de m3
  • Sa profondeur maximale de 310 m entre Ouchy et Evian
  • Il y a 113 km de développement pour la côte Suisse et 54 pour la côte Française.
  • La rive nord mesure 95 km et la rive sud 72 km soit au total167 km (information utile aux cyclistes)
  • La frontière a été déterminée dans le traité de Lausanne du
  • 30 octobre 1564 entre leurs Excellences de Berne et le Duc de Savoie, attribuant 343.40 km2 à la Suisse et 239 km2 à la France

La répartition est la suivante :

Pour la Suisse

  • Canton du Valais 13.6 km2
  • Canton de Vaud 293.7 km2
  • Canton de Genève 36.1 km2

Pour la France

  • Département de la Haute Savoie 239 km2

Comment se fait la régulation

  • L'ouvrage dit du Seujet, sis à Genève entre les ponts de la Coulouvrenière et de Sous-Terre à pour but de maintenir les eaux du Léman entre les cotes 371,70 m s/m et 372.30 m s/m.
  • Hauteur moyenne en été 372.25

Cote, Différence par rapport au niveau moyen de 372.25 m s/m

MoisCotedifférence
Janvier:372.10- 0.15 m
Février371.90- 0.35 m
Mars371.80- 0.45 m
Avril371.70- 0.55 m
Mai371.70- 0.55 m

Juin - Décembre 372.30 Moyenne 372.25 m s/m

Attention particulière les années bissextiles

Chaque année bissextile, le niveau est abaissé a 371.5 pour 4 semaines, si possible du 15 mars au 15 avril
La différence est de - 0.75 m soit - 0.25 plus bas que les autres années

Télécharger (51.12 ko)mime icon

Régulation des eaux du Léman

Information importante pour les navigateurs car l' abaissement du lac détend les amarres


«Amateur, cela veut dire "qui aime", et c'est bien de cela qu'il s'agit. J'aime la mer et j'aime être en mer. J'aime partir, larguer l'amarre et passer les feux ; j'aime naviguer, voir le vent tourner, la brise adonner, le ciel changer, la mer se former et se déformer ; j'aime le bouillon chaud dans le thermos au pied du barreur et l'étoile qu'on prend un temps pour cap la nuit, entre hauban et galhauban ; j'aime quitter une côte de vue, et, après un jour, huit jours, un mois, en voir apparaître une autre, qu'on attendait ; j'aime arriver, entrer, mouiller, et quand tout est en place, fixé, tourné, ammaré, ferlé, rabanté, être à terre. Je suis un amateur.»
Jean François Deniau.